L’hydrographie, un outil pour s’adapter à un océan en changement

Le milieu marin est en constante évolution, que ce soit en raison de variations climatiques, d’événements environnementaux extrêmes, ou tout simplement du mouvement naturel des marées et des courants. La disponibilité d’informations hydrographiques à jour permet aux pays de mesurer ces changements et de s’y adapter. Bien avant que l’hydrographie ne devienne un métier à part entière, les navigateurs observaient en permanence les océans, scrutant les marées et les courants, et notant tout changement, tout simplement parce que la sécurité de la navigation dépendait de ces connaissances. Des informations incorrectes sur la profondeur des mers ou sur les dangers sous-marins pouvaient coûter cher. Pour autant, en 2019, nous ne disposons que de peu de connaissances sur les fonds marins, contrairement aux continents qui sont entièrement cartographiés. Les informations existantes sont souvent obsolètes ou à faible résolution, et sont tout bonnement inexistantes dans de nombreuses régions.

« Il existe une expression courante selon laquelle : ce que l’on ne peut pas mesurer ne peut pas être surveillé » a déclaré le Dr Mathias Jonas, Secrétaire général de l’OHI. « A l’OHI, nous collaborons avec les Etats membres afin d’établir des normes visant à assurer que les informations recueillies sur le milieu marin sont comparables et fiables. »

L’hydrographie est à la base de toutes les activités ayant un rapport avec la mer. Cette discipline est axée sur les caractéristiques physiques du milieu marin. Ceci inclut mesurer et cartographier la topographie des fonds marins ainsi que, de manière tout aussi importante, le niveau de la mer, les marées, les courants et des éléments tels que la température et la salinité.

Le réchauffement des océans et la fonte des glaces dans les régions polaires modifient le littoral. Le nombre croissant d’icebergs qui se détachent des glaciers peut également avoir un impact sur la sécurité de la navigation. Les pays ont besoin d’informations à jour pour surveiller et évaluer ces changements. Dans d’autres parties du monde, les données sur les courants, les marées et les obstacles sous-marins sont essentielles, notamment pour les routes commerciales maritimes. Par exemple, une profondeur supplémentaire de 30 cm représentée sur une carte marine permet à la majeure partie des navires de transporter au moins 2000 tonnes de cargaison en plus.

Les avantages économiques d’une connaissance à jour du milieu marin peuvent donc être considérables.

De même, dans le cadre du développement de projets d’énergies marines renouvelables, les exploitants ont besoin d’informations relatives à la topographie des fonds marins de même qu’à  la force et à la régularité des courants. Les secteurs industriels comme la pêche et l’aquaculture dépendent également de facteurs environnementaux tels que la température, la salinité et les courants, autant d’informations qui sont contenues dans les levés hydrographiques complets. L’ensemble de ces activités seront impactées et devront s’adapter si le milieu marin change comme la tendance semble l’indiquer. Des données et cartes marines à jour faites selon des normes internationales permettent aux pays de surveiller les changements et d’adapter leurs activités.

Les travaux de l’OHI visent à faciliter le partage des informations hydrographiques à l’échelle mondiale, et peuvent aider les Etats membres à développer leur capacité à réaliser des levés. L’Organisation travaille également à l’amélioration des données bathymétriques disponibles à travers le monde. Elle est partenaire du projet « Seabed 2030 Nippon Foundation-GEBCO» qui vise à compiler les données bathymétriques disponibles afin de produire une carte complète du plancher océanique d’ici 2030. Il s’agit d’un projet conjoint avec la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI-UNESCO) et qui est soutenu par la Nippon Foundation.

L’OHI est une organisation intergouvernementale créée en 1921. Ses travaux visent à s’assurer que l’ensemble des mers, océans et voies navigables du monde sont hydrographiés et cartographiés. Elle coordonne les activités des services hydrographiques nationaux et promeut l’uniformité des cartes et documents nautiques. L’Organisation publie les meilleures des bonnes pratiques en matière de levés, fournit des directives afin de maximiser l’utilisation des données issues de levés hydrographiques et soutient le développement des capacités hydrographiques des Etats membres.


Share this page: